17 décembre 19...ou la petite fille de l'hiver....

Publié le par Tarrah

Dans les années cinquante, il n’y avait pas encore de locomotive électrique, mais celles avec la vapeur, qui marchaient au charbon, quand nous passions au-dessus du pont de chemin de fer, quatre fois par jours, on attendait que le train qui venait de Paris passe en dessous, et notre grand plaisir était de se retrouver dans le nuage de vapeur...souvent chaude...et ça nous faisait rire ! Il en fallait peu...

Maman, n’a jamais été une grande cuisinière, mais quand les fonds allèrent mieux, on eut droit à la viande, une fois par semaine, le dimanche...

Elle avait pris l’habitude, de nous envoyer, porter le repas chaud à notre chère tante Céline. Comme toujours, c’était celle du milieu qui était de corvée, donc moi.

Maman préparait l’assiette, qu’elle attachait avec un torchon, et mettait ça dans un cabas...vous savez, ceux en espèce de toile, avec des poignées cuirs ou plastiques, je sais plus...ou bien des fois c’était plus scabreux, c’était dans les filets à trous...fallait faire attention de ne pas renverser la sauce. Je l’accrochais au guidon du vieux vélo bleu...c’était folklo, mais ça valait le coup...de voir comment tante Céline se régalait. C’était une vieille dame mince et grande...dans mon souvenir de petite fille.

Souvent, je restais avec elle pendant qu’elle mangeait...elle disait toujours la même chose, c’est exquis ma petite j....tu diras à ta maman que c’était exquis...pourtant maman n’a jamais brillé pour ces qualités de cuisinière, un dimanche c’était rosbif purée et celui d’après, poulet frites ça n’a jamais varié. Sans doute pour ça que se sont mes deux plats préférés.

Je repartais souvent avec une pièce de 100fr anciens... pour me récompenser du déplacement, c’est qu’une gamine de neuf, dix ans, ça pouvait en faire des choses avec une somme pareille...en ce temps-là...

Mon truc à moi, pour dépenser les sous, c’était les affaires d’école, les porteplumes, les cahiers, j’aimais bien m’en acheter, même si je n’étais pas une élève brillante ! S'il m'en restait un peu, c'était pour les bonbons...

Je n’ai jamais mordillé mes crayons, comme souvent mes voisines de table...j’aimais les garder neufs.

Arrivée au CM1 nous eûmes le droit d’utiliser les stylos billes uniquement sur les cahiers de brouillon, fini les punitions au crayon papier, la bille glissait toute seule et j’allais bien plus vite...rire !

Un jour, même maintenant je ne sais toujours pas pourquoi, j’ai seriné maman pour qu’elle nous change d’école ! Le choix étant réduit, il y avait l’école R, la plus près de chez nous, et l’école S, qui se trouvait à l’autre bout de la ville...ce qui ferait, qu’on mettrait le double de temps, sauf que....on mangerait à la cantine...

Je dus être très convaincante, car maman finit par céder, et nous inscrivit pour ma rentrée en CM2 à l’école S. Mes petites sœurs durent suivrent le mouvement, je ne leur avais d’ailleurs pas demandé leur avis...c’était une lubie de ma part...de toute façon, je n’aimais plus l’école R...on m’avait fait redoubler une classe, avec une maîtresse pas gentille du tout ! La « Dupont blonde » oui, on l’avait surnommée comme ça car il y en avait une du même nom, mais qui avait les cheveux noirs, il y avait donc, la « Dupont blonde et la Dupont brune ».

Comme j’étais du mois de décembre, la directrice avait dit que ce n’était pas grave. Mais pour moi deux années de suite avec la même c’était sans doute trop ! Surtout en punitions, je pensais sans doute me refaire une virginité, dans la nouvelle école, ne sachant pas que mon dossier scolaire me suivrait partout où j’irais...

Le seul ennui  c’est que je n’allais plus avoir les mêmes copines...mais comme ce n’est pas la timidité qui m’étouffait, j’en aurais d’autres...

J’aimais bien ma nouvelle école et ma nouvelle maîtresse, elle appuyait fort sur les sons, pour qu’on évite les fautes...comme la dictééééééée...ma petite sœur se retrouva seule dans une autre maternelle et l'autre dans la même cour que moi.

le midi on se retrouvait à la cantine. Elles avaient du mal à faire le chemin pour arriver jusqu’à l’école, avec leurs petites jambes...et nous arrivions souvent en retard. surtout qu'on papillonnait en chemin...genre, on sonnait aux portes et on partait en courant...des trucs de mômes.

Je détestais arriver alors que la cour était vide, si bien que des fois...

Ma classe se trouvait dans la partie haute de ce bâtiment.

 

PS: si vous pouvez partager et mettre les coms sur le blog et non sur FB ce serait super sympa les amis! kiss!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Avril chaouchi 23/05/2016 21:44

Que de souvenirs, cela fait du bien.
Moi les trains à vapeur me faisaient peur, je devais passer par le pont pour aller à l'école, je courrais pour éviter la fumée mais laissais mes doigts glisser sur le pont, après ils étaient un peu sales ce qui me valait un coup de règle en fer sur le bout des doigts par MElle Durand (la brune) qui vérifiait la propreté des mains chaque matin.

mimidesavoie.canalblog.com 23/05/2016 17:31

Oh la la, que de souvenirs.... en 11ème (CP aujourd'hui) j'ai eu mon cahier attaché au dos pendant la récréation et j'ai dû marcher autour de la cour sous les rires des autres enfants car j'avais fait des pâtés avec ma plume sur mon cahier. La maîtresse était très dure et ce souvenir ne m'a jamais quitté. Je ne crois pas avoir sonné aux portes sur le chemin de l'école, certainement de peur de me faire gronder par ma mère, mieux valait filer droit.

Lauriza 23/05/2016 15:45

De blog en blog, parfois il arrive de lire de jolis souvenirs.

Julie 23/05/2016 14:28

A Vichy, il y a aussi une école primaire "Paul Bert".
Je vois que tu as gardé pas mal de souvenirs de l'école. Je n'en ai guère ou alors, je ne veux pas trop me les rappeler.
100 anciens francs, c'était encore avant les nouveaux francs. Je n'arrive plus à convertir.
A propos de sonner aux portes, jamais, je ne l'ai fait. Je respectais trop les vieux à cet âge. J'adorais aller chez eux. J'aimais avoir des discussions avec eux, passer un moment avec eux quand ma mère nous demandait de leur apporter leur lait. Ca me changeait de ma diablesse de mère. Ils étaient gentils.
Tu étais une coquine.
Il y a peu de temps, sur la route, en rentrant de chez ma belle-mère, nous sommes passés pile à la sortie d'une école. Nous avons vu 2 ou 3 gamins sonner à une porte et se sauver. Je serais bien sortie de la voiture pour leur tirer les oreilles. Je me suis dit que je n'aimerais pas habiter juste à côté d'une école, en rez de chaussée.
Bon, tu me diras, ce n'est pas bien méchant. Ca ne veut pas dire que ces gamins deviendront des futurs casseurs, bouffeurs de flics. Tu en es la preuve. Sourire.

Fabie 23/05/2016 11:18

Tes sœurs ne t'en ont pas voulu?
Ce devait être compliqué d'apporter l'assiette pleine à ta tante !
Mon argent de poche c'était = 1 franc par point au dessus de 10
et - 1 franc par point au dessous de 10
Cela s'est arrêté en 6éme, lorsque j'ai refusé d'aller réciter mes leçons à mon père.
Il fallait avoir un sacré caractère pour oser braver son autorité... (j'avais à peine 11 ans).
Bises drômoises

heure-bleue 23/05/2016 11:12

Donc contrairement à ce que tu écris parfois, tu n'étais ni sage, ni bonne élève.

angedra 22/05/2016 17:47

Tu nous entraines derrière toi pour tirer sur les sonnettes et se sauver en riant !!!
Ces filets en mailles sont de retour actuellement (et assez chers je trouve) pour remplacer enfin les sacs plastiques pour les courses. Tout est un éternel recommencement...
Au plaisir de continuer la route de tes souvenirs. Bisous

ZAZA 22/05/2016 15:45

De bons souvenirs ma Jo et ne sont pas aussi éloigné des miens ! Bises et bon après midi. ZAZA - PS je partage