17 décembre 19...ou la petite fille de l'hiver....

Publié le par Tarrah

Je vous ai dit que j’utilisais l’école avec modération, j’étais dans les moyennes...je n’ai jamais fait d’éclats, mis à part la lecture, les récitations, et le vocabulaire, j’étais bonne.

Il y a quelques années, j’ai eu la chance de pouvoir récupérer mon dossier scolaire grâce à une personne de ma famille qui était à la direction de mon école primaire. Truc de dingue, je suis même entrée dans ma classe, celle du certificat d’étude...l’émotion qui m’a submergée était dense...revenir tout d’un coup dans son enfance, se rassoir à sa place...j’ai « kiffé grave » comme parlent maintenant, les supers élèves de notre école publique...

Nous sommes montés au grenier, que des trésors de souvenirs, les filles de ma ville qui me lisent et qui passent par-là, auraient sans aucun doute aimé être avec moi...mais j’ai pensé à vous et je vous ai revu dans ma petite tête...rires...j’ai trouvé tout ça très petit, et pourtant je ne suis pas grande...c’est surtout la cour de récrée, toute petite, et les toilettes, qui avait était refaites, bien sûr, mais ça m’a rappelait que c’est ici que j’ai paniqué une fois quand j’ai vu du sang dans ma petite culotte, que je pleurais et n’osais plus en sortir, alors les copines sont allées chercher la directrice, qui gentiment, m’a emmenait dans son appartement de fonction, et m’a expliqué ce qui m’arrivait...elle me donna le nécessaire en attendant le retour à la maison...

Si maintenant, les mômes en savent beaucoup trop, à notre époque début années soixante, on ne savait rien, car on ne nous disait rien, surtout pas d’explications !

J’avais beaucoup aimé, cette journée de retour en enfance. Alors, il y a peu de temps, je cherchais un papier, quand je suis retombée sur ce dossier scolaire, et même sur mon carnet de vaccination, qui équivalait au carnet de santé de maintenant. Après la guerre, on prenait soin des élèves dans notre école publique.

Il y avait la visite médicale, et les vaccinations. Tout cela se passait à l’école, comme ça on était sûr que c’était suivi, et tout cela gratuitement, avec un médecin et une infirmière qui venaient de la ville de la préfecture. Tout a disparu, sans doute pour faire des économies, et c’est sans doute mieux que ce soit les parents qui surveillent, sauf qu’il y en a beaucoup qui ne le font pas...

Je vais vous mettre quelques petites annotations que j’ai scannées pour vous...pour les filles de ma ville de naissance, vous pourrez voir la signature de la directrice...lol...

fiche de renseignement familiale...

Bon, j'ai été obligée de rogner, censure familiale oblige...si je récapitule, j'étais, insatable, expensive, insolente, toujours contente de moi, là suis pas ok, et intelligente, ça je confirme, et sans gonflage de chevilles...on s'en sort souvent mieux en étant plus intelligente qu'instruite...et j'ai des exemples...

vous avez vu, on était 31 dans les classes, quand je pense que celles de maintenant elles râlent quand elles en ont à peine trente, et les résultats étaient bien meilleurs...mais bon, ça n'engage que moi, encore ne fois...

Je vous remercie si vous voulez bien partager mon post, et puis aussi un tit com, j'aime bien ça...bisous et bon WE...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

petite fourmi 15/05/2016 08:53

ça m'a beaucoup plu ce retour en arrière et surtout à l'école avec les bulletins que la directrice venait en personne distribuer dans chaque classe et chacune avait le droit à son commentaire !Elle ne faisait pas dans la tendresse notre directrice mais je l'aimais bien et elle a été mon modèle quand à mon tour ,je suis devenue directrice ,J'ai toujours gardé le contact avec elle et je pense qu'elle était fière de moi !
J'étais une fille de divorcée et on n'était pas riche non plus chez nous! Au fond ça m'a aidé en me stimulant ,ne jamais rien attendre des autres ,savoir s'accrocher pour réussir et serrer les dents quand c'était dur ! A cette époque on n'allait pas manifester et casser du flic pourtant j'étais au lycée en mai 68 mais je ne faisais pas partie des manifestants ,j'avais d'autres soucis comme passer mon bac l'année suivante et ensuite travailler ,il est vrai qu'à l'époque c'était plus facile de trouver du boulot

le-gout-des-autres 14/05/2016 21:20

J'ai remarqué que tu étais insolente...
Je ne dis rein mais...
Hein, bon... ;-)

heure-bleue 14/05/2016 21:19

On voit que tu n'es pas grand'mère, les visites médicales existent encore, les notes sont remplacées par des lettres mais les élèves savent parfaitement se noter, et tu peux me croire certains enfants sont sages et les parents surveillent, l'ainée de mes petites filles, par exemple.

Tarrah 14/05/2016 22:35

je me doute que chez ton fils c'est comme ça, mais ce n'est pas la majorité...et même dans des familles cato et aisées

Fabie 14/05/2016 18:41

L'avis du maître qui insiste sur les points négatifs....!!!
Vive et lente ;)
Et puis si tu étais docile, pourquoi faire des réprimandes ? ;)
Que de souvenirs de toutes sortes ont du te traverser lors de cette visite !
Moi, l'école primaire, c'est l'odeur des tilleuls, si bien que mes souvenirs remontent dès que j'en sens, pas besoin d'aller sur place (Loir et Cher) ;)
Bises drômoises

ZAZA 14/05/2016 15:56

Coucou ma Jo, comme je comprends ton émotion. Je l'ai tous récupérés depuis bien longtemps et je les garde précieusement ces bulletins scolaires. Nous avions de bons maîtres d'école !
Je partage
Bises et bon après midi. ZAZA

elvy 14/05/2016 13:42

L'ennui aujourd'hui c'est que beaucoup confondent intelligence et instruction !MOI était noté que j'étais bonne elève ,mais dissipée et bavarde,un temps je ne maîtrisais pas l'orthographe ,me suis rattrapée depuis à force de recopier la dictée autant de fois que de fautes au dessus de cinq !Bon week-end BISOUS

angedra 14/05/2016 13:23

J'imagine bien comme cette remontée dans ton enfance en voyant toutes ces annotations, ont dû t'émouvoir.
Tu as bien raison, mieux être intelligent que très instruit. Bien entendu, si on peut avoir les deux..... mais ne pas oublier l'intelligence du coeur qui est encore un autre don.
Belle évocation.
Gros bisous et très beau week-end.

francoise marie 14/05/2016 12:58

dis donc en 1963 j etais dans cette classe le cm2 car j ai eu 14 ans le 5 septembre 1963

francoise marie 14/05/2016 12:55

bonjour ha oui la meme directrice mademoiselle fondin , j ai jamais vu mon dossier scolaire ca devait pas etre terrible je me souviens que l année du certificat d étude j allais pas a l école trés souvent il fallait que je reste a aider ma mère car elle garder des enfants donc elle se fichait de notre avenir ! super tes bulletins gros bisous